CAPPADOCE

La Cappadoce est une région qui se trouve dans le centre de l'Anatolie, la partie asiatique de la Turquie. Bien qu'aujourd'hui elle se restreint aux villes Kayseri, Kirsehir et Nigde, dans l'histoire elle était beaucoup plus étendue durant l'occupation romaine , d'après le livre " Géographica " de Strabon vécu pendant les romains. Le bassin d'érosion de la région de la Cappadoce est un ancien plateau dont le sol est constitué d'un tuf d'origine volcanique, très tendre, formé par l'agglomération de cendres et de boues rejetées par l es anciens volcans Erciyes Dagi (l'ancien Argée), Hasan Dagi, Melendiz Dagi, Göllü Dag. Par suite d'une intense érosion, le sol s'est lézardé ou désagrégé en donnant au paysage un aspect fantastique. Parfois, surtout au S. où le plateau est formé d'un tuf très pur et très homogène, de ruisseaux ont entaillé le plateau en creusant d'étroits vallons. Ailleurs, là où le tuf est mêlé à des roches plus résistantes qui ont protégé de l'érosion les masses sous-jacentes, le plateau s'est usé en prenant des formes étonnantes. On rencontre alors, dans le fond des vallées, des cônes, des colonnes, des tours, des pyramides ou des aiguilles dont la hauteur peut atteindre jusqu'à une trentaine de mètres. Les cônes sont parfois surmontés d'un bloc de roche dure ralentissant le phénomène d'érosion sur les parois jusqu'au jour où le cône, miné par les eaux de pluie, ne pouvant plus supporter son chapiteau naturel, celui-ci sera précipité du haut de son socle, laissant les pointes s'effiler, les profils se régulariser au point d'atteindre des formes géométriques presque parfaites.

.

La Période des Colonies Commerçantes Hatti, Assyrienne (3000-1750 av. J.C)

La métallurgie était à son apogée en Anatolie à l'époque de l'ancien âge du bronze. Surtout vers la fin de cette période, la métallurgie a subi un grand développement dans le nord de l'Anatolie centrale.

Au nord de la Mésopotamie (2000- 1750 av.J.C), les commerçants assyriens, ont instaurés les colonies commerçantes et donc été les premiers à pratiquer le commerce. Le centre de ce commerce était le centre de Kani?-Karum ( karum signifie l'endroit où l'on pratique le commerce) à Kültepe dans le département de Kayseri. L'un des autres centres où l'on pratiquait le commerce et dont le nom figure sur certains documents est Karum-Hattu?a? (Boğazköy). L'Anatolie riche en or, argent et cuivre, était très pauvre en étain, important pour la fabrication de bronze. Les produits importés par les commerçants étaient entre autre l'étain, les tissus et parfums. Grâce aux commerçants assyriens, pour la première fois en Anatolie apparaît l'écriture. Les tablettes de la Cappadoce, nom donné aux écritures cunéiforme des anciens assyriens, nous font découvrir le système de taxe et d'intérêt qu'utilisait les assyriens. 30% d'intérêt était imposé au peuple qui avait une dette, 10% aux hommes de classe sociale plus élevée et 5% était imposé sur les produits vendus aux rois d'Anatolie. Toujours d'après les écrits assyriens, les femmes anatoliennes avaient un contrat de mariage qui comportait certains articles protégeant leurs droits. Mis à part l'écriture, les commerçants assyriens ont importés en Anatolie, la métallurgie, les cachets cylindriques, les temples. L'Anatolie a donc pu approfondir son art tout en restant influencé par l'art mésopotamien. De ce fait, les bases de l'art hittite étaient déjà bien encrées.

.

La période Hittite (1750-1200 av J.C.)

Au début du deuxième millénaire av.J.C, les Hittites venant d'Europe en passant par les Caucase s , s'installèrent en Cappadoce et formèrent leur empire. Leur langue appartient au groupe de langue indo-européenne. La capitale de l'empire Hittite était Hattu s a s (Boğazköy). Les villes les plus importantes; Alacahöyük et Ali s ar. La région de la Cappadoce était un point stratégique pour les hittites. Des passages, des canaux d'eau et des bas-reliefs monumentaux ont été retrouvés. Ces monuments nous ont aidé pour découvrir la route parcourue par les hittites vers le sud. À Kayseri, au sud de la montagne Erciyes, deux très grands bas-reliefs ont été exécutes; Fraktin Ta?çi et Imamkulu pour honorer les dieux. Le grand roi Hattu s ili III et la reine Puduhepa ont voulu prouver leur reconnaissance aux dieux et en même temps prouver la grandeur de leur empire.

.

La période des hittites tardifs (1200-700 av.J.C)

Après que les phrygiens voulant anéantir l'empire hittite, ont détruit les plus grandes villes de l'empire en Anatolie centrale. Plusieurs royaumes des hittites tardifs sont formes en Anatolie centrale et en Anatolie de sud-ouest. L'un de ces royaumes prit le nom de royaume Tabal dans la région de la Cappadoce, dans les villes de Kayseri, Ni g de et Nev s ehir. Des reliefs rupestres avec hiéroglyphes ont été retrouvées à Gulsehir-Sivasa (Gökçetoprak), Ac?göl-Topada, Hacibektas -village de Karaburna.

.

Le Royaume Perse et Le Royaume de la Cappadoce (585-332 av J.C)

La fin de la souveraineté phrygienne par les barbares a fait influer d'abord, les Lydiens (585 av.J.C) pour une courte période puis les Perses (547 av.J.C). Les perses ont gouvernes cette région par les gouverneurs qu'ils nommèrent "Satrape". En langue perse (Katpatuka) le nom donné à la Cappadoce signifie; le pays des chevaux. Les perses, d'après leurs croyances, considéraient le feu comme sacré et donc ils vénéraient les volcans Erciyes et Hasan D a gi . De la Cappadoce, ils émigrèrent vers l'Egée et élargirent ainsi la route royale qui menait à leur capitale. Le roi macédonien Alexandre a vaincu les armées perses et anéanti ce grand empire (334-332 av.J.C). Alexandre s'est trouvé en face d'une grande résistance en Cappadoce. Le commandant Sabiktas a été chargé de contrôler cette région. Le peuple étant contre Alexandre a nommé le noble perse Ariarathes comme roi. Monarque très actif, Ariarathes I (332-322 av.J.C) a élargi les frontières de son royaume de la Cappadoce. Le royaume de Cappadoce a été en bonne harmonie avec Alexandre jusqu'à sa mort. Nommée province romaine en 17 ap-J.C, la région a lutté contre les macédoniens, les ponts, les gallates et romains.

.

La période Romaine (17-395)

En 17, Tiberius annexa la Cappadoce à Rome et mis fin aux querelles. Après la conquête de la région par les Romains, ils construisirent une route menant à l'Egée. Cette route était importante pour le commerce et les armées. Les romains ont mis en place une légion pour éviter les invasions venant de l'est et les immigrations.

Sous l'empereur Septimius Severus, la région dont le centre était Kayseri a gagné une importance économique mais elle a été envahie par les sassanides venant de l'Iran. Gordianus III a fait construire des murailles autour de la ville pour éviter toutes les invasions eventuelles. À cette époque, les premiers chrétiens s'établirent de plus en plus dans les villages en faveur des villes. Au IVème siècle, Kayseri était un centre religieux important. Les chrétiens choisirent Göreme et ses environs pour vivre suivant le mode de vie de Saint Basil et construisirent des monastères dans la roche pour y habiter et mener cette vie.

.

La Période Byzantine (397-1071)

Au moment de la division de l'empire de Rome, la Cappadoce resta sous la domination de l'empire romain de l'est. La première partie du VII ème siècle a vu se disputer des guerres entre sassanides et les byzantins. sassanides ont tenu la région entre leurs mains pendant 6-7 ans. En 651, Calife Osman a vaincu sassanides et la région tomba cette fois dans les mains des arabes. Léon III influencé par la religion musulmane a fait interdire les icônes En face de cette situation, les chrétiens iconodules commencèrent à se cacher. Le mouvement iconoclastique a duré près d'un siècle (726-843). Pendant cette période l'influence de l'iconoclasme a été forte les icônes étaient un moyen de pouvoir se cacher et pratiquer un culte.

.

La Période Seldjoukide (1071-1299)

Les seldjoukides étaient originaires d'Asie centrale et leur fondateur était Selçuk Bey, Oguz des turques. Au Xème siècle, l'islamisme s'était fort étendu et les seldjoukides qui avait reconnu l'islam comme leur religion, s'efforçaient de convertir les peuples et d'annexer des territoires aux leurs. Une nouvelle période a commencé en Anatolie au moment où l'empereur byzantin Romanos Diogenes a été vaincu par le petit-fils de Selçuk Bey, Alparslan en 1071.

En 1075, L'État seldjoukide est installé en Anatolie. En 1082, Kayseri est conquis et la Cappadoce appartient alors à l'état seldjoukide. l'Anatolie, centre du christianisme se trouve insérer à la religion musulmane qui s'étend alors de l'Afrique du Nord au proche et moyen orient. La conquête de L'Anatolie Centrale par les Seldjoukides n'a pas affecté l'autorité religieuse du patriarche. Dans la région de Ihlara, dans l'église Saint Georges qui daterait du XIIIème siècle, on a retrouvé des inscriptions racontant avec enthousiasme le Sultan seldjoukide Mesud II et l'empereur byzantin Andronicus. Au XIIIème siècle, l'empire seldjoukide d'Anatolie est au déclin et les familles riches ont formé leur principauté dans des différentes régions du pays. En 1308, les Ilhans d'origine mongole arrivent en Anatolie et détruisent la ville la plus importante de la Cappadoce; Kayseri. Les sultans seldjoukide se trouvent dominé par les mongols. L'Anatolie est alors divisée en fief.

.

La période Ottomane (1299-1923)

La période ottomane s'est passée assez calmement en Cappadoce. Nev?ehir était un petit village relié à Niğde jusqu'à l'arrivée de Damat Ibrahim Pa?a. Au XVIIIème siècle, surtout avec l'arrivée de Damat Ibrahim Pa?a. Nev?ehir, Gül?ehir, Özkonak, Avanos et Ürgüp se sont enrichies de constructions; mosquées, médersas et fontaines. Dans le centre du bourg de Özkonak, un pont à été construit pour le passage de Sultan Yavuz Selim. Tout comme les seldjoukides, les ottomans sont restés très tolérant vis à vis du christianisme. L'église Constantin et Hélène à Ürgüp/Sinasos du XVIIIème siècle, l'église Dimitrius à Gül?ehir du XIXème siècle et l'église orthodoxe de Derinkuyu sont les plus beaux examples de la période.

.

Avanos

Avanos est la sous-préfecture centrale de Nev?ehir. Des résultats des excavations archéologiques qui se sont fait commencées en 1967 par les Italiens et qui se font continuer en nos jours, nous parvenons à déduire que l'histoire la plus ancienne connue de la région s'étend jusqu'aux âges préhistoriques -de Bronze et de Fer. Une tablette de Hittite découverte en 1926 à Boğazköy-Hattu?a? et déchiffrée par philologue Emile Forrer faisant savoir que les habitants régionaux de l'époque étaient en mesure de se communiquer entre eux, a aussi permis de déterminer que le nom d'Avanos à l'époque des Hittites était 'Zuwinasa' et en conséquence des recherches faîtes par Michel Coindoz sur une tablette d'Assyrien on a déterminé que le nom d'Avanos à l'époque des Assyriens était 'Nenassa'. Le livre à titre de 'Géographie' écrit par Strabon de la Cappadoce porte à la connaissance qu'après le décès d'Archélaos, le dernier roi de la Royaume de Cappadoce (17 avant J.C.), l'empereur Romain Tiberius Ceasar (14-17 avant J.C.) et le Sénat Romain avaient pris la décision d'attribuer à cette région le statut administratif d'une province Romaine. Dans les sources Byzantines on exprime que le nom de la région pendant l'époque la plus antécédente de la Chrétienté était Venasa. Strabon, par écriture hellénique, exprime ce nom comme étant Ouenasa et prétend que la région était célèbre par le temple de Zeus d'Ouenasa et par dessus le marché se retient de faire parole des autres cités régionales. La cité de la région de Venesa s'était déloppée et mentionnée sous le nom de la région pendant les époques avancées du Moyen Age.

.

Histoire d'Avanos en Resume

Quant aux facteurs de dérivation et à la signification du nom Ouenasa/Venesa, nous savons qu'en langage de Pamphylie de l'Anatolie du 1er siècle avant J.C. qui est un des langages consécutifs du langage Luwi, le mot Vanessa venait à dire reine. A ce point il convient de se rappeler que que sur les pièces de monnaie de la cité (Pergé), la mention de 'Vanassa Prella' ('Colline de Pergé') avait pour but de symboliser Artemis de Pergè. Très probablement le mot Venasa en langage de Cappadoce qui est un autre langage consécutif du langage de Luwi au 1er siècle avant J.C. n'est pas autre chose que Venassa et ce mot identifie la Déesse Mère. Il peut se faire qu'en Cappadoce où le culte adorant la Déesse Mère était prévalent et bien qu'il y avait en réalité un temple de Déesse Mère à ce province de Ouanesa/Venasa de la région de Morinene qui par son nom prouvait qu'il était le centre dudit culte, comme c'était alors partout le cas, pendant l'époque d'Hellénisation un dieu Hellène avait pris ce temple sous sa protection et bien que cette prise en protection était faite par Artemis ou Apollon (parfois les deux en commun), comme ce fût le cas en Euromos et en quelques autres régions, ce fût Zeus qui a pris le temple de la Déesse Mère sous sa propre protection divine.

En Anatolie il y a d'autres localités d'habitation qui portent le même nom que le centre de sous-préfecture d'Avanos. Entre autres, Avanos est aussi le nom d'un hameau du village de Karadere de la sous-préfecture de Sürmene de la ville de Trabzon (1946) et aussi d'un quartier du hameau de Meydan du village de Kuruca?ile de la sous-préfecture de Bart?n de la ville de Zonguldak (1946). Le mot Avanos est la barbarie de langage du mot arménien Avan (bourg) et probablement le mot Avanos dérivant du mot Venasa fût transformé à cause du mot arménien Avan, de manière à être conforme aux dictions arménienne et grecque. Le nom d'un autre sous-préfecture de la Grèce au voisinage de la frontière avec la Turquie est aussi Avanos.

.

Les Maisons d'Avanos

En 1750 il y avait 56 maisons en Avanos. Pendant le règne du Padishah Abdülhamid II, l'employer du sérail Kurena Arif Bey d'Avanos a déployé beaucoup d'efforts pour le développement d'Avanos. Durant la deuxième Moitié du XVIII'ième siècle un nouveau développement s'était fait remarquer. On avait commencé à construire des maisons avec1des~ extérieures en relief et avec des intérieures parfaitement ornées. Une de ces maisons ottomanes construite en 1872 parvenue jusqu'à nos jours' garde encore sa beauté éblouissante.

.

Poterie

Comme la viticulture, la poterie est l'un des occupations les plus anciennes de la région d'Avanos. La manufacture manuelle de poterie a été commencée à Konya-Çatalhöyük pendant les années 7000 avant J.C. de l'âge néolithique. Les Assyriens venant de la Mésopotamie pendant les années 2000 avant J*C. ont fait apprendre aux Hittites de l'Anatolie l'art de manufacture de poterie au moyen d'établi à roue.

Depuis l'époque des Hittites, la manufacture de poterie a continué à être performée au moyen des pratiques semblables en Avanos. Etant transmise du père au fils, cet art de main' a parvenu à être transférée jusqu'à nos jours. Actuellement il est, possible de rencontrer les ateliers de poterie et les boutiques de vente à peu près partout en Avanos.

Les terres, desserrées (molles) et graisseuses (dures) cueillies des montagnes d'Avanos et des anciens lits de K?z?l?rmak sont mélangées dans des proportions équilibrées et sont transformées en bourbe dans des bassins spéciaux. Le dispositif à roue est placé en position parfaitement latérale et horizontale au centre. La forme du moule supérieur varie selon le type du produit à être manufacturé. La manufacture se réalise très rapidement et les produits ornés sont présentés à la vente aux touristes sous forme de poteries, cruches, cruchons, etc.

La poterie est identifiée et symbolisée avec Avanos. En outre, l'exploitation des carrières d'onyx est à un niveau très avancé. Par la manufacture de poterie, d'onyx et de tapis Avanos est un véritable centre de culture.

On s'aperçoit que les anciennes maisons existantes actuellement sont construites sur des rochers dans lesquelles les anciennes civilisations avaient creusé des cavernes pour s'y abriter. Actuellement les sources, d'existence principales de la population de la région sont les arts de main, le commerce et le tourisme. La poterie et la tapisserie sont les arts de, main essentielles. L'exploitation des carrières d'onyx est aussi répandue dans la région. Il y a à peu près 300 ateliers de poterie en Avanos. En outre, la viticulture aussi est l'une des occupations importantes du peuple. de la région. Les raisins cueillis sont traités dans des cavernes naturelles pour la production du vin ou conservés pour la consommation directe. La population actuelle de la sous-préfecture est de 15.900 habitants.

.

Dessins par le propriétaire:

 

konak1.jpg resim01.jpg resim02.jpg resim03.jpg
konak1.jpg resim01.jpg resim02.jpg resim03.jpg

 

Cartes postales:


konak1.jpg resim01.jpg resim02.jpg resim03.jpg
konak1.jpg resim01.jpg resim02.jpg resim03.jpg